La SNCF désire produire du compost pour les plantes

On connait la SNCF, la société des chemins de fer, mais on connait moins la SNCF jardinier. Enfin pas jardinier, mais plutôt producteur d’engrais. C’est la nouvelle mission que s’est attribuée la compagnie de train en ce début d’année. Produire du compost à partir de l’urine de ses usagers !

Se débarrasser de l’urine sauvage

Comment se débarrasser ou alors tout au moins rendre utile l’une des pollutions les plus courantes de nos villes ? C’est certainement la question que se sont posée les ingénieurs de la SNCF pour éviter la pollution par l’urine sauvage.

Pour répondre à la question, la SNCF propose ainsi désormais depuis le 02 janvier une solution pour le moins originale. Celle-ci consiste à installer un peu partout dans la gare de Lyon des urinoirs fleuris et écologiques dans l’ensemble de la gare. Baptisés « uritrottoir », ces urinoirs d’un autre genre combinent la pissotière ordinaire ainsi que la jardinière. Et pour fonctionner, pas besoin d’eau ou de chasse d’eau puisque ces toilettes suivent le principe de la toilette sèche. Pour absorber l’urine et les odeurs, on utilise de la paille ou de la sciure de bois. Une solution pour le moins originale qui pourrait être reproduite dans d’autres endroits ou contextes.

Du compost pour les plantes

Ces nouvelles toilettes ne sont pas seulement une solution pour lutter contre l’urine sauvage, elles sont aussi une solution pour un autre type de produit : le compost. En effet, en récupérant l’urine, la botte de paille se transforme en fumier puis en compost. De quoi réutiliser cette paille pour en faire ensuite de l’engrais pour les plantes.

Côté odeur, pas de soucis. Le carbone présent dans la paille et mélangé à l’azote de l’urine absorbe les odeurs. Des plantes odorantes viennent en plus ajouter leur parfum à d’éventuelles mauvaises odeurs.

Comments

comments